Jaeger-LeCoultre

Fondée 1833
Fondateur Antoine LeCoultre
Lieu Le Sentier, Suisse
Entité Groupe Richemont

C'est en 1833 qu'Antoine LeCoultre (1803-1881) fonde son atelier d'horlogerie. Ingénieux, il met au point une machine à tailler les pignons d'horlogerie qui était traditionnellement taillés à la main.

En 1844, pour explorer les limites des mesures de précision, il créa le Millionomètre qui servit d’étalon durant plus d’un demi-siècle. 3 ans plus tard, il crée la montre de poche sans clé de remontoir.

Sa renommée grandie lors de l'exposition universelle de Londres en 1851.

Élie LeCoultre (1842-1917), le fils d'Antoine poursuit l'aventure de l'atelier qui se transforme en manufacture en s'implantant dans la Vallée de Joux en 1866.

Grâce à l'élaboration d'outils précis, LeCoultre produit des mouvements avec complications et développe un savoir-faire de grande renommée.

Edmond Jaeger (1858-1922), grand horloger français et spécialiste de la micromécanique fine s'installe à Paris en 1880. Horloger de la Marine française, il consacrera sa vie à développer les mécanismes de mesure des vitesses : chronographes, tachymètres, cinémomètres et compteurs destinés à l’aviation, à la marine et à l’automobile.

Jusqu'à la fin du 19ème siècle, l'entreprise prospère et offre de nombreuses complications horlogères : répétitions minute, chronographe, calendrier perpétuel.

En 1895, LeCoultre présente ses montres "Grandes Complications". Cette noble appellation est réservée aux montres dotées d’au moins trois complications classiques : répétition minute, chronographe, calendrier perpétuel. Depuis lors, Jaeger-LeCoultre perpétue la grande tradition des montres ultra-compliquées qui a valu à la Vallée de Joux son surnom de « Rome des grandes complications ».

L'héritier de la famille LeCoultre, Jacques-David LeCoultre (1875-1948), prend la suite en 1900. Il va aider la manufacture à franchir de nouvelles étapes et lui donner une stature internationale.

C'est en 1903 qu'a lieu la première rencontre Jaeger/LeCoultre. Le Parisien Edmond Jaeger met les Suisses au défi de fabriquer des Calibres ultraplats de son invention. Jacques-David LeCoultre s’y attèle avec passion. De la collaboration puis de l’amitié des deux hommes naissent alors de véritables merveilles d’horlogerie. L'entreprise devient maître en mouvement extra-plat dès 1907.

En 1910, LeCoultre crée les premières montres-bracelets.

En 1915, avec les avancées technologiques dans les moyens de transport, LeCoultre se met à la fabrication de compteurs, chronographe de bord pour équiper les voitures et les avions. Cet intérêt est le fruit de la collaboration d'Edmond Jaeger, Jacques-David LeCoultre et Edmond Audemars, amis d'enfance de Jacques-David et également cousin éloigné de Jules-Louis Audemars, qui a créé en 1881 avec Edward-Auguste Piguet la manufacture de haute horlogerie Audemars Piguet. Cette expérience dans les horloges de bord lance l'entreprise sur la voie des pendulettes et en 1928, l'invention de la pendule Atmos qui tire son énergie des plus infimes changements de température.

La grande crise de 1929 n'empêche pas la manufacture de créer le plus petit mouvement du monde (calibre 101).

En 1931, la Reverso est conçue. Les spécifications se résumaient à créer une montre capable de survivre aux chocs d’un match de polo. Elle était demandée par les officiers britanniques établis en Inde. C'est aujourd'hui une des icônes de l'horlogerie.
L'année 1937 marque la convergence de Jaeger et de LeCoultre qui forme l'entité "S.A. des Produits Jaeger-LeCoultre". Les cadrans seront désormais ornés des deux noms, sauf pour le marché américain qui gardera le nom LeCoultre jusque dans les années 70.

En 1939 Jaeger-LeCoultre lance les premières montres-bracelets à calendrier indiqué à l'aide d'une aiguille.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Jaeger-LeCoultre fabrique pour les armées alliées plusieurs modèles de montres militaires, dont les montres de pilote Mark VII. Elles étaient si précises qu’elles furent utilisées comme des instruments de navigation aérienne par la Royal Air Force et l’US Army Air Corps.

Jaeger-LeCoultre est une manufacture d'horlogerie de luxe basée dans le village du Sentier en Suisse et dont la fondation remonte à la première moitié du XIX siècle.

En 1946 arrivent les premières montres-bracelets équipées d'un mouvement à remontage automatique. L'année suivante, ce sont les chronographes qui se démocratisent en montre-bracelet et l'année encore d'après, apparition de la première montre au monde avec indicateur de réserve de marche (qui deviendra la Powermatic).

Après à la guerre, la Royal Air Force établit pour ses montres de pilotes des normes de fiabilité et de résistance sans précédent. Fabriquée en 2950 exemplaires, la Mark XI de Jaeger-LeCoultre devient alors l’une des montres les plus précises de son temps. Pour la première fois, son Calibre est protégé des champs magnétiques par une calotte spéciale en fer doux.

En 1950, nouvelle icône de la maison arrive : la Memovox littéralement, voix de la mémoire. Cette montre équipée d'un réveil mécanique rencontrera un grand succès et se trouve toujours aujourd'hui dans le catalogue Jaeger-LeCoultre, mais sous de nouvelles références.

En 1953, Jaeger-LeCoultre lance la Futurematic, montre avant-gardiste puisqu'elle est automatique et ne présente plus de couronne de remontoir.

La Memovox se voit équipée du premier mouvement automatique avec fonction réveil en 1957 (calibre 815).

En 1958, Jaeger-LeCoultre prend part à l’extraordinaire aventure de l’Année Géophysique Internationale en créant un modèle résistant à toutes les épreuves : anti-magnétique, antichocs, étanches et d’une précision chronométrique. Muni du Calibre Jaeger-LeCoultre 478BWSbr, fabriqué en 1290 exemplaires, le Chronomètre Geophysic acquiert un immense prestige. Ainsi, lorsqu’un groupe de citoyens genevois décide d’honorer les exploits des premiers sous-marins atomiques qui viennent de passer sous le pôle Nord, ils remettent aux commandants du Nautilus et du Skate un chronomètre Geophysic en or, gravé pour l’occasion.

Jaeger-LeCoultre rejoint la conquête des profondeurs marines en créant une Memovox de plongée appelée Deep Sea équipé du calibre 815. La première montre de plongée équipée d'un réveil de l'histoire. Une fonction très utile. Elle sera rééditée en 2011 avec la Memovox Tribute to Deep Sea.

En 1965, un autre modèle légendaire rejoint la collection déjà riche de la manufacture avec la Polaris. Montre de plongée avec réveil, mais cette fois-ci équipée d'un boitier à triple fond breveté pour une meilleure résonance et une meilleure étanchéité. Une deuxième version verra le jour en 1970 (Memovox Polaris II) avec un nouveau mouvement (calibre 916).

L'arrivée du Quartz fait des ravages dans l'horlogerie suisse et oblige Jaeger-LeCoultre à s'adapter. Elle le fait avec Brio puisqu'en 1981, le calibre à Quartz Jaeger-LeCoultre 606 avec quantième et seconde au centre est le plus plat de sa catégorie. L’année suivante, le 601 conquiert le titre du plus plat du monde avec 1,8 mm de hauteur pour un diamètre de 11,7mm. En 1982, Jaeger-LeCoultre bat son propre record avec le Calibre 608 : 1,6 mm d’épaisseur ! En 1987, la Manufacture innove en conjuguant quartz et mécanique. Le Calibre Jaeger-LeCoultre 630 Mécaquartz s’impose comme l’un des plus petits chronographes de l’histoire.

En 1984, Jaeger-LeCoultre repense le boitier de la Reverso très caractéristique et technique.

La manufacture n'abandonne pas le mécanique pour autant. Elle crée en 1989 un calibre qui combine réveil et calendrier perpétuel. Une prouesse !

Dans les années 90, la manufacture consolide ses collections. La Reverso s'équipe d'un nouveau concept avec la Duoface. Deux cadrans de montres, une sur chaque face du boitier pivotant.

Le début des années 2000 voit arriver la collection Master Compressor (2002). Réinterprétation moderne de la Polaris. Une collection de montres étanches, fiables et innovantes. En 2004, Jaeger-LeCoultre collabore avec Aston Martin et lance l'AMVOX (AM pour Aston Martin). Un chronographe ingénieux qui utilise le boitier pour les fonctions chronographe.

En 2007, la Manufacture étale tout son savoir-faire en créant des mouvements exceptionnels qui équipent la collection Duomètre. Deux mécanismes horlogers distincts, un pour la précision et l’autre pour une complication supplémentaire, sont synchronisés par un seul organe réglant. C'est la même année qu'est lancée la Master Compressor Diving, une montre de plongée extrême dont certains modèles spéciaux sont dédiés au corps d’élite de l’armée américaine Navy SEALs et c'est également cette année-là qu'est lancée la Master Compressor Extreme LAB, première montre-bracelet de l’histoire entièrement dépourvue de lubrifiant. Trois ans plus tard, la Master Compressor Extreme LAB 2 Tribute to Geophysic s’impose comme la montre à chronographe la plus innovante de sa génération. Au poignet de l’alpiniste Stefan Schafter, elle gravit un sommet inviolé de l’Himalaya, baptisé depuis lors Mont Antoine LeCoultre.

Jaeger-LeCoultre se classe parmi les plus prestigieuses marques de l'horlogerie son offre va des montres simples, mais néanmoins de grandes qualités, aux montres grandes complications (Reverso Gyrotourbillon (2008), la collection Hybris Mechanica (2009), la Master Grande Tradition à Grande Complication (2010). Ses montres les plus iconiques sont sans aucun doute la Reverso et la Memovox. Les Deep Sea et Polaris jouisse aussi d'une grande aura auprès des amateurs d'horlogeries. La marque est résolument tournée vers l'avenir tout en gardant son patrimoine génétique riche.