Blancpain

Fondée 1735
Fondateur Jehan-Jacques Blancpain
Lieu Brassus, Suisse
Entité Swatch Group

Blancpain fut fondé en 1735 par Jehan-Jacques Blancpain. Elle est à ce jour la plus ancienne marque horlogère qui existe. L'atelier se situait d'abord à l'étage de la maison de son fondateur, à Villeret, dans le Jura Suisse. Pendant plusieurs décennies, les héritiers de Jehan-Jacques Blancpain perpétuent le savoir-faire.

En 1815, Frédéric-Louis Blancpain, l'arrière petit fils du fondateur, modernise la manufacture et innove en remplaçant la roue de rencontre par un échappement à cylindre.

Durant tout le 19ème siècle, la maison se modernise, construit une usine au bord de la rivière Suze et bénéficie de l'électricité. Elle arrive ainsi à subsister.

En 1926, associé à l'horloger John Harwood, Blancpain sort sa première montre-bracelet automatique.

Six ans plus tard, en 1932, lorsque Frédéric-Émile Blancpain décède, la manufacture est rachetée par Betty Fiechter et André Léal, deux proches collaborateurs de Frédéric-Emile. Pour des raisons légales, la marque change de raison sociale et devient "Rayville S.A., succ. de Blancpain".

En 1950 arrive Jean-Jacques Fiechter, le neveu de Betty, qui va donner un nouvel élan à l'entreprise.

Trois ans plus tard, grâce à sa passion pour la plongée sous-marine et à la demande de Robert "Bob" Maloubier et Claude Riffaud, deux militaires français, Jean-Jacques Fiechter, décide de créer une montre de plongée digne de ce nom qui va connaître un très grand succès : la Fifty Fathoms.

Portée entre autres par Jacques-Yves Cousteau et déclinée dans de nombreuses versions, la Fifty Fathoms est une icône horlogère et une référence dans les montres de plongée.

À la fin des années 50, l'entreprise produit plus de 100 000 montres par an. Pour continuer sa croissance, l'entreprise intègre la Société Suisse pour l'Industrie Horlogère (SSIH). En 1971, à la veille de la crise du Quartz, la production atteint 220 000 pièces.

En 1983, l'entreprise change de lieu et s'installe dans le Brassus, dans la Vallée de Joux et change également de raison sociale pour devenir Blancpain SA.

L'aura de la marque est alors considérablement réduite. Elle fournit toujours quelques mouvements pour certaines marques et fait le pari que les montres mécaniques vont revenir sur le devant de la scène. En cherchant les prouesses techniques et les complications horlogères et en se basant sur son savoir-faire, Blancpain revient petit à petit sur le marché.

En se basant sur son savoir-faire et ses traditions, la maison Blancpain devient une des premières marques à remettre en avant la magie de la montre mécanique.

L'avènement arrive en 1991 lorsque Blancpain dévoile la 1735 (faisan écho à la date de fondation de la maison), la montre-bracelet la plus complexe jamais réalisée qui regroupe les six pièces maîtresses dans un même boîtier.

En 2002, arrive à la tête de la maison Blancpain, Marc A. Hayek et oriente Blancpain vers plus d'innovation pour allier passé et futur. En 2008, la manufacture réhabilite le Carrousel, une complication oubliée depuis plus d’un siècle et l’intègre, pour la première fois au monde, dans une montre-bracelet. La Blancpain Fifty Fathoms fait également son grand retour.

Depuis 2010, la société Frédérique Piguet, qui fabriquait des composants et des mouvements est intégré à Blancpain qui renforce ainsi son savoir-faire au sein de la manufacture.

Les métiers d'arts, gravures, peintures sur email sont remis en avant pour offrir des montres uniques.

En 2014, Blancpain réinterprète la Bathyscape, une montre-outil de plongée de la fin des années 50.

La marque offre aujourd'hui un subtil équilibre entre son passé, son histoire, son savoir-faire et ses innovations.