Omega Speedmaster Saga

Grand angle sur l'Omega Speedmaster, incontestablement dans le top 10 des montres les plus iconiques. La Speedmaster, c'est le nom d'une collection, mais c'est également une histoire incroyable qui a débuté en 1957 lorsque Omega décide d'enrichir sa collection d'un chronographe performant. Après la Seamaster dont le nom se prêtait bien aux montres de plongées, Omega opta pour Speedmaster. C'est un nom bien porté grâce à l'échelle tachymétrique qui se trouve sur la plupart des "Speed" et qui permet de calculer la vitesse.

Le nom de Speedmaster résonne avec conquête de l'espace et le satellite naturel de la Terre : la Lune. Mais bien avant d'être choisi par la NASA pour équiper les Astronautes, la Speedmaster avait été, à l'origine, conçue pour le sport automobile.

La première version produite et vendue au grand public fut la référence CK 2915. Équipée du calibre 321, cette Speedmaster offre une fonction chronographe tri-compteurs avec échelle tachymétrique. Le design du cadran noir est sobre. L'aiguille des heures dite "Broad Arrow" lui confère un côté fun. C'est d'ailleurs la même année que sort la Seamaster 300 avec l'aiguille "Broad Arrow" rééditée en 2014.

Seulement, deux ans plus tard, en 1959, une nouvelle référence (CK 2998) fait son apparition. Le calibre reste le même (calibre 321), mais le design des aiguilles change et devient de type "Alpha". La lunette tachymétrique est en aluminium noir pour plus de lisibilité.

Walter Schirra

Les Astronautes Walter "Wally" M. Schirra et Leroy G. "Gordo" Cooper achetèrent une Speedmaster CK 2998 en 1962. Schirra la porta lors de la mission Mercury-Atlas 8 (Sigma 7) et devint ainsi la première Omega Speedmaster portée dans l'espace.

En 1963, Omega introduit une nouvelle référence, la ST 105.003 qui sera l'exacte version livrée à la NASA pour être testée.

C'est réellement qu'en 1964 que le Design le plus abouti et le plus iconique de la Speedmaster fait sont apparition avec la référence ST 105.012. Le boitier est amélioré afin de protéger la couronne et les boutons poussoirs. Le boitier devient asymétrique et la mention "Professional" apparaît sur le cadran. C'est ce design qui deviendra le plus connu et rendra cette montre parmi les plus iconiques.

La Speedmaster testée par la NASA

Officiellement choisie par la NASA en 1965 avec la mention "flight qualified for all manned space mission", la Speedmaster fait sa première sortie spatiale le 3 juin 1965 au poignet de Edward White lors de la mission Gemini 4.

Edward White et sa Speedmaster lors de la mission Gemini 4.jpg

Omega continue de faire évoluer son modèle avec la référence ST 145.012 sortie en 1967, améliorant le système de fixation des boutons poussoirs au boitier.

En 1968, un nouveau calibre vient équiper les Speedmaster. Il s'agit du solide calibre 861, apportant de nombreuses améliorations par rapport au calibre 321. L'arrivée de ce nouveau calibre amène une nouvelle référence, la ST 145.022, qui a connu une grande production.

Le 21 juillet 1969, Omega restera à jamais associé à l'histoire de la conquête spatiale. La mission Apollo 11 alunis, Neil Amstrong ouvre la porte du "Lunar Excursion Module" (LEM), sans sa Speedmaster laissée dans le LEM pour cause de dysfonctionnement du chronomètre de bord, et pose le pied sur le sol lunaire. "Un petit pas pour l'homme, un grand pas pour l'Humanité". La phrase restera célèbre. Quelques instants après, Buzz Aldrin foule lui aussi le sol lunaire, équipé de sa Speedmaster. C'est ainsi qu'Omega devint le premier fabricant de montres à avoir eu une de ses références portées sur la Lune.

Buzz Aldrin et sa Speedmaster

La même année que le premier pas sur la Lune sort une nouvelle référence de Speedmaster : la Mark II, comme deuxième génération de Speedmaster. Le boitier évolue beaucoup, il devient plus massif et prend la forme de tonneau. Cette évolution du boitier est le fruit de longues recherches restées secrètes sous le nom de code de "Alaska".

L'histoire ne s'arrête pas là, et la Speedmaster va être au coeur d'un nouvel exploit lors de la mission Apollo XIII, qualifiée de "success failure". L'objectif de la mission était de retourner sur la Lune, mais l'explosion d'un réservoir d'oxygène en plein vol, à plus de 300km de la Terre, obligea l'équipage à changer de mission afin d'assurer la survie des 3 astronautes. Réfugiés dans le module lunaire, ils durent faire toutes les économies possibles en énergie et en oxygène pour pouvoir survivre dans le module lunaire qui était initialement prévu pour 2 membres d'équipage. Ils utilisèrent la force d'attraction de la Lune pour assurer le trajet du retour. Le commandant Jim Lovell, aidé de sa précieuse Speedmaster, mit à feu les propulseurs pour une durée précise qu'il calcula avec son chronographe afin de pouvoir quitter l'orbite de la Lune et rejoindre la Terre. Après 5 jours d'une odyssée spatiale à la dérive, ils rentrèrent saint et sauf, sans avoir pu posé les pieds sur la Lune. Cette histoire incroyable fut plus tard portée à l'écran par Ron Howard en 1995 avec Tom Hanks dans le rôle-titre.

La Mission Apollo 13.jpg

Grâce à cet exploit, la Speedmaster fut récompensée du prestigieux "Silver Snoopy Award", qui est attribué aux entreprises qui ont contribué d'une manière ou d'une autre au succès et à la sécurité des vols habités et des missions spatiales. Deux Speedmaster en édition limitées furent produites à cette occasion, une en 2003 et une en 2015 arborant chacune un Snoopy sur leur cadran.

En 1971 arrive la Speedmaster Mark III (référence 176.002) équipée d'un mouvement automatique (calibre 1040). Plusieurs types de boitier seront associés pour ce modèle, dont celui de type Flightmaster.

Apollo 17 marque la dernière expédition lunaire le 11 décembre 1972. Eugene Cernan reste le dernier homme à avoir marché sur la Lune, toujours équipé d'une Speedmaster.

Apollo XVII, la dernière sortie lunaire de la Speedmaster

De nombreuses éditions limitées sont venues commémorer les différentes missions Apollo, arborant souvent le logo de la mission dans un des sous-compteurs.

En 1973, pour les 125 ans de la marque, Omega lance la Speedmaster 125, une édition limitée à 2000 exemplaires et avec un boitier très particulier. La Speedmaster Mark IV voit également le jour (ref : 176.009 équipée du calibre 1040).

Le 15 juillet 1975, en pleine guerre froide, la mission Apollo 18 (Américain) et la mission Soyouz 19 (Russe) décollent chacune dans leurs régions respectives et se retrouvent deux jours plus tard. Les deux modules se connectent et le 17 juillet à 19h20, l'écoutille séparant les deux vaisseaux s'ouvre. Les trois membres de l'équipage d'Apollo et les deux membres d'équipage de Soyouz portaient tous une Speedmaster qui commémora cette belle aventure avec une édition limitée à 500 exemplaires sortie la même année (1975) arborant un logo commémoratif portant la mention Apollo - Союз (Soyouz en russe). Deux nouvelles éditions limitées virent le jour pour le 25ème anniversaire (en 2000) et le 35ème anniversaire (en 2010).

Apollo Soyouz, la rencontre des Russes et des Américain avec leurs Speedmaster au poignet

Une nouvelle génération de Speedmaster arrive en 1984, portant la mention Mark V (ref : 376.0806 avec le calibre 1045).

En 1985, Omega lance une Speedmaster (ref : 345.0809) au design classique, mais surmonté d'une phase de lune à 12h. Une idée qui a tout son sens compte tenu de l'histoire de la Speedmaster. Le modèle a connu quelques évolutions, mais il est toujours présent au catalogue.

Fort de son expérience dans les montres spatiales, et avec l'avènement du quartz, Omega lance la Speedmaster X-33 en 1998 (ref : 3991.50.06). Cette montre fut entièrement conçue en collaboration avec les astronautes et les pilotes des agences spatiales et militaires du monde entier. Son boitier est en Titane surmonté d'un verre saphir et le bracelet est en Kevlar. L'aiguille des heures est de type "Broad Arrow" et l'échelle tachymétrique n'est plus présente. Le calibre 1666 est à quartz et offre une réserve de marche de 36 mois ! Ce calibre est multifonction et offre entre autres une fonction chronographe, 24 heures GMT, alarme, jour date, un affichage analogique ainsi qu'un affichage numérique.

Elle a été régulièrement portée par les membres de la Station Spatiale internationale (ISS). Chris Hadfield, célèbre astronaute canadien connu pour faire partager son expérience spatiale à travers des vidéos sur YouTube a même fait une vidéo pour montrer comment sa Speedmaster flotte dans l'ISS.

Pour continuer à faire vivre la légende, Omega réédite régulièrement sa Speedmaster iconique. Elle crée même une version avec un verre saphir et un fond saphir en lieu et place du verre hésalite et du fond plein gravé.

La toute dernière génération de Speedmaster mécanique développée par Omega intègre l'innovation Co-Axial dans un calibre automatique de manufacture, le sublime 9300. Les codes des précédentes Speedmaster sont intégrés au gré des modèles. La "Moonwatch" Co-Axial reprend les codes iconiques de la Speedmaster : échelle tachymétrique noire, aiguille droite, cadran noir.

Le chronographe n'est plus tri-compteurs, mais bi-compteurs. Une petite seconde à 9h et les heures/minutes dans un même sous-cadran à 3h. Une fonction date est présente dans un guichet à 6h. Le boitier s'agrandit pour répondre aux standards de l'époque.

Deux autres versions Co-Axial rendent hommage au modèle de 1957 avec les aiguilles "Alpha" et la lunette en acier et le modèle de 1959 avec l'aiguille "Broad Arrow".

En 2013, une nouvelle version de la Speedmaster Co-Axial voit le jour avec un boitier entièrement en céramique noire. Une belle prouesse qui confère une nouvelle identité tout en conservant l'ADN d'une Speedmaster. D'autres modèles en céramique grise et blanche sont dévoilés en 2014 et 2015.
Au Baselworld 2014, Omega lance la Speedmaster Skywalker X-33, une version améliorée de la X-33 de 1998, avec notamment un nouveau calibre quartz OMEGA 5619, une lunette en céramique et un affichage repensé de l'écran LCD. Outre les heures, les minutes, les secondes et les fonctions chronographe et compte à rebours, la montre permet de lire l'heure sur trois fuseaux horaires distincts, de programmer trois alarmes, et possède un calendrier perpétuel. Deux autres fonctions sont très utiles pour les astronautes en mission : le temps écoulé de la mission (MET) et le temps écoulé des phases (PET).

Speedmaster Skywalker X-33 dans l'ISS

L'histoire de la Speedmaster n'est pas près de s'arrêter et Omega joue subtilement avec son histoire et sa modernité. Une icône incontournable et intemporelle.