Le Top 5 des montres de Designer

Le design d'une montre est un élément essentiel qui lui confère une identité propre, qui raconte une histoire et qui évolue suivant les époques et la mode. Les designers de montres sont souvent peu mis en avant et ils sont contraints habituellement par les codes esthétiques de la marque. Néanmoins certains designers ont eu carte blanche pour réaliser des montres au design intemporel. Retour sur cinq montres de designer.

Nathan George Horwitt

Nathan George Horwitt

La première et sûrement le cas le plus ancien de collaboration forte entre design et horlogerie, c'est la Movado Museum sortie en 1947. La marque fait appel à l'américain Nathan George Horwitt disciple du design Bahaus dont le credo est : "Simplicité, Esthétique et Fonction". Le courant Bahaus a été fondé en 1919 en Allemagne et à influencé de nombreux domaines, dont l'horlogerie que l'on retrouve sous plusieurs formes.

Pour la Movado Museum, le cadran a été épuré au maximum. Aucun index, juste un disque d'or à 12h qui rappelle le point culminant du soleil de midi. Pas d'aiguilles de secondes, le minimum des complications.

Horwitt s'est posé la question du temps en disant ceci : “We do not know time as a number sequence, but by the position of the sun as the earth rotates" (Nous ne connaissons pas la mesure du temps comme une séquence de nombres, mais par la position du soleil quand la Terre tourne). Les aiguilles heures / minutes symbolisent la rotation de la Terre.

Son nom de "Museum Watch" vient du fait que la montre a intégré la collection permanente du MOMA de New York en 1960, en faisant ainsi la première montre reconnue pour son design.

La montre suivante est également le fruit de l'imagination d'un disciple du Bauhaus. Junghans collabore avec l'artiste suisse Max Bill pour sortir en 1961 la Junghans Design.

Max Bill qui, en plus d'être peintre, sculpteur, graphiste et architecte, est aussi un designer de produits réputé. La commande originale était pour une horloge de cuisine dans les années 50 qui a recontré un grand succès.

La encore les lignes sont simples et épurées pour un design intemporel. Côté mécanique, Junghans s'est assuré d'être dans les standards de l'époque avec le calibre J 84.

En 1973, Roger Tallon, considéré comme un des pères du design industriel, fonde l’agence "Design Programmes". Parmi ses nombreuses réalisations, on retient le TGV. Dans les premiers projets avec sa nouvelle agence et par solidarité avec le combat des ouvriers de l'horloger LIP, il crée la gamme de montres et chronographes Mach 2000.

Cette montre est un ovni pour l'époque, mais les années 70 s'avèrent très permissives et créatives dans les formes et les couleurs. Le boitier noir est asymétrique avec une forme mi-ronde mi-carrée. Les boutons poussoirs sont sphériques et colorés en jaune bleu rouge. Les aiguilles sont rectangulaires, typiques des années 70 et l'aiguille des secondes du chronographe est jaune. Une manière de juger un objet design, c'est par la rupture qu'il peut marquer avec ce que l'on a l'habitude de voir et c'est tout à fait le cas avec ce modèle.

Côté mécanique, on trouve un mouvement Valjoux 7734.

La collaboration de Roger Tallona avec LIP a duré de nombreuses années et a durablement marqué le design des collections modernes de LIP. La Roger Tallon Mach 2000 a été rééditée dans une version Quartz.

Quand on parle de designer de montre, il y a forcément un nom qui revient en premier. Qualifié de pape du design horloger, je veux bien entendu parler de Gerald Genta.

Parmi ses nombreux faits d'armes, on peut noter la Patek Philippe Nautilus (1976), IWC Ingenieur SL (1976), la Bulgari Bulgari (1977) on dit même qu'il serait le père de l'Omega Constellation "Pie Pan". Mais son chef d'oeuvre, la montre qui a vu le jour alors que la crise du quartz faisait rage, la montre qui a brisé tous les codes du luxe et propulsé Gerald Genta au rang de génie, c'est l'Audemars Piguet Royal Oak sortie en 1972.

Premier concept, hisser l'acier au rang de l'or. Un look sportif avec les vis apparentes sur la lunette, un boitier octogonal, un cadran texturé "tapisserie", des aiguilles aux formes inédites et un bracelet en acier d'une technicité exceptionnelle. Gerald Genta fait un pari fou, Audemars Piguet, maison très respectable, mais classique à l'époque lui donne carte blanche. Elle aurait été dessinée en une nuit en étant inspirée par les vis apparentes d'un scaphandre.

Les premières réactions ne se font pas attendre et elles sont totalement clivantes signe que Gerald Genta a réussi sont pari de casser les codes et faire parler de la Royal Oak. Pour l'anecdote, son nom vient de Charles II d'Angleterre, qui se cacha dans un chêne (royal pour le coup) pour échapper aux troupes d'Oliver Cromwell.

S'il y a une marque horlogère qui fait très attention aux design de ses montres, c'est bien la marque allemande Nomos, dont l'influence Bahaus est très présente dans l'identité visuelle de ses gardes temps.

Bien que très soigné, son modèle le plus connu, la Tangomat, est une version moderne d'un design des années 40. Pour marquer un peu plus son empreinte dans l'horlogerie, la jeune marque a fait appel à un jeune designer berlinois en la personne de Mark Braun.

Là encore, l'influence Bahaus est présente dans le côté minimaliste et fonctionnel, mais Mark Braun se détache par des éléments plus contemporain et plus urbain. Ses aiguilles sont inédites et indiquent délicatement la course du temps. Les index sont également très réussis avec des petits ronds de différente taille pour une lisibilité intuitive.

Le boitier en acier est d'une rondeur parfaite et ses anses sont de style soudé (en apparence seulement).

Preuve de la réussite de la collaboration entre Mark Braun et Nomos, la Metro a reçu une pluie de prix de Design dont les très réputé Red Dot Design Award, If Product Design Award et Good Design Award.