La Nautilus

1976, Patek Philippe en quête de réinvention et cherchant à rajeunir son image décide d'ajouter une montre sport avec un haut degré de finitions dans son catalogue. Le succès des montres en acier sport/chic, notamment la Royal Oak donne des idées à la noble maison genevoise. C'est un vrai challenge que Gerald Genta s'empresse de relever.

 

1976

En 2009, Gerald Genta confessait sur la naissance de la Nautilus. Il l'aurait dessinée en 5 minutes sur un bout de papier, pendant le Baselworld, alors qu'il dinait seul, et que les dirigeants de Patek se trouvaient dans le même restaurant que lui à l'autre bout de la salle. Un peu comme pour la Royal Oak, il fut inspiré par le monde nautique, mais cette foi-ci par les hublots des bateaux de croisière.

Pas de vis apparentes, une boite aux formes pures avec de beaux jeux de finitions de l'acier brossé sur la lunette, poli en deçà et des "oreilles" de chaque côté qui fait le charme de cette montre. La forme du cadran s'apparente à un cadran de télévision cathodique et il est texturé de lignes horizontales comme une ouverture sur les vagues de la mer.

Le bracelet intégré a également contribué à la renommée de la montre avec des maillons centraux caractéristique.

La montre fut batisée Nautilus en hommage au sous-marin de capitaine Nemo dans le roman de Jules Verne "20 000 lieues sous les mers".

La toute première référence fût là 3700 surnommées plus tard "JUMBO" du fait de sa taille : 42mm avec les "oreilles". En revanche, elle était relativement fine ce qui lui confère son côté chic (7.60mm). Étanche à 120m, elle est la plus sport des Patek du catalogue de l'époque.

Pour motoriser cette Nautilus, Patek Philippe utilise le calibre 28-255 C, basé sur le calibre Jaeger-LeCoultre 920. C'est la même base utilisée sur l'Audemars Piguet Royal Oak 5402 et dans la Vacheron Constantin 222.

“Bring me a piece of paper and a pencil, I want to design something”
 

1981

En 1978, un prototype de Nautilus avec cadran blanc voit le jour, mais n'est pas commercialisé. Il faudra attendre 2012 pour avoir une déclinaison à cadran blanc au catalogue.

En 1980, la Nautilus est déclinée pour femme et un an après, une nouvelle référence vient satisfaire les amateurs de montre à dimension contenue, avec la référence 3800 qui fait 37.5mm et ce pour répondre à l'accueil timide de la version "JUMBO". Patek Philippe ayant décidé de développer son propre calibre automatique "slim", cette 3800 se voit équipé du calibre 335 SC qui ajoute une seconde centrale.

 

1998

Ce sont les années 90 qui vont le plus modifier la Nautilus avec la sortie de la version 3710 qui abandonne le cadran texturé et qui remplace les index rectangles par des chiffres romains. Autre nouveauté, une réserve de marche est ajoutée entre 11h et 12h. Néanmoins, le boitier reste sensiblement le même et garde l'ADN Nautilus. Le boitier retrouve d'ailleurs des dimensions "JUMBO" avec 42mm de large.

Le calibre utilisé pour ce modèle est le 330 SC.

 

2005

En 2005, la Nautilus fait un grand pas avec la référence 3712 qui vient rajouter de nouvelles complications. La seconde centrale se transforme en petite seconde, la réserve de marche se trouve entre 10h et 11h et une phase de lune avec un compteur date vient peupler le cadran. Le tout est une réussite et ajoute à la Nautilus un peu plus d'animation et de poésie.

​Côté motorisation, on retrouve le mythique calibre à micro rotor de chez Patek avec le 240 PS.

Cette version ne sera commercialisée qu'un an, mais sera remplacée par une version très proche célébrant les 30 ans de la Nautilus.

 

2006

 

Pour les 30 ans de la Nautilus, Patek Philippe marque le coup en mettant à jour toute la gamme. Le boitier est mis à jour et bénéficie de nouveaux brevets. Un fond saphir est mis en place pour pouvoir admirer le mouvement.

Deux versions trois aiguilles date voient le jour : la référence 5800 (38.4mm) et la référence 5711 (43mm). La version 5800 sera rapidement retirée du catalogue pour laisser libre champ à la 5711.

La 3712 évolue en 5712 et bénéficie des nouveautés du boitier. Le cadran change quelque peu.

Pour célébrer ce 30ème anniversaire, la Nautilus est déclinée dans une version chronographe avec la référence 5980.

 

2010

Patek Philippe c'est aussi l'entreprise qui a inventé le calendrier annuel en 1996. C'était donc assez naturel que cette complication vienne s'ajouter à la Nautilus. Et c'est ce qui arrive en 2010 avec la nouvelle référence 5726, motorisé par le calibre 324 S QA LU 24H. La 5726 est disponible dans un premier temps avec cadran noir et bracelet cuir puis avec bracelet acier et cadran blanc à partir de 2012. C'est le premier calendrier annuel Patek proposé en acier.

 

2014

Lors du Baselworld 2014, Patek à proposé de nouvelles complications pour sa Nautilus avec la "Travel Time Chronograph" 5990 qui outre une fonction chronographe doté du retour en vol, propose un deuxième fuseau horaire et un guichet jour / nuit. Pensé pour les voyageurs fréquents elle est animée par le calibre CH 28-520.

 

2016

Pour les 40 ans de la Nautilus, Patek Philippe s'est voulu exclusif en proposant une version en platine avec index en diamant baguette et cadran collector mentionnant la période anniversaire. Une manière de rappeler que Patek peut proposer des montres pour l'élite avec un métal, le platine, proche de l'acier visuellement, mais quasiment inaccessible pour le commun des mortels.