IWC Mark

Chez IWC, les montres dites d'"Aviateur" ont une place de choix et relatent de l'histoire de la marque dans le domaine de l'aéronautique. Le modèle le plus emblématique de la gamme "Aviateur" est probablement la série des Mark. Montre simple trois aiguilles au design épuré et fonctionnel. Retour sur cette saga qui a débuté en 1936.

 

Mark IX, X les prémices d'une icône

Les prémices des montres IWC Mark débutent dans le registre militaire et dans un contexte bien particulier, la conquête du ciel. Les montres vont avoir une place très importante dans cette période et seront de véritable outil pour les pilotes. La conception des "Mark" (l'appellation "Mark" n'arrivera qu'en 1993 et indique uniquement une nouvelle itération d'un produit) s'oriente très tôt vers le fonctionnel. Permettre aux pilotes, mais aussi au personnel au sol, de lire l'heure rapidement et clairement.

La première montre IWC spécialement conçue pour les Aviateurs et qui est à l'origine de la série Mark, a été intronisée en 1936. La "Spezialuhr für Flieger" (Montre spéciale pour Pilote) avait un boitier en acier de 36mm, un cadran noir avec des index en chiffres arabes luminescents, une petite seconde à 6h, des aiguilles avec matière luminescente pour un meilleur contraste et une lunette tournante qui permettait à son utilisateur de mesurer avec précision le temps écoulé entre deux mesures (un peu à la manière des montres de plongée). Cette montre était équipée du calibre IWC 83 à remontage manuel. Cette montre à également le nom de "Mark IX" non pas comme 9e itération des montres de pilotes - c'est en fait la première - mais par rétrogradation de la Mark X.

Au début des années 1940, les Britanniques rédigent un cahier des charges pour des montres militaires qu'ils voulaient fournir à leurs troupes. Le ministère de la défense britannique (MoD) sélectionne douze sociétés produisant des montres répondant à ces spécifications : Buren, Cyma, Eterna, Grana, Jaeger LeCoultre, Lemania, Longines, IWC, Omega, Record, Timor et Vertex.

Le nom Mark X a été adopté par tous les fabricants et en 1944 la IWC Mark X fût livrée à l'armée. Elle marque une première évolution en terme de design par rapport à la "Mark IX" tandis que côté mouvement, on reste sur le calibre 83. Les aiguilles cathédrales deviennent des aiguilles seringues, plus fines, mais toujours luminescentes, les index peints changent de typographie pour une meilleure lisibilité et la lunette tournante disparait. Le diamètre reste de 36mm. Sur le cadran, on peut voir la "Broad Arrow" indiquant la propriété de la couronne britannique.

Sur le dos de la montre, on peut voir les trois lettres W.W.W pour Watch. Wrist. Waterproof. Elle fût produite jusqu'en 1948 et utilisée par bon nombre de militaires, y compris des pilotes et navigateurs de la Royal Air Force (RAF).

 

Mark XI, la fondation d'une icône

En 1948 arrive la "Mark XI" qui fera véritablement date dans la saga des IWC Mark. Elle apporte quelques nouveautés notamment côté technique, avec un nouveau mouvement, le calibre IWC 89, toujours à remontage manuel, mais avec une seconde centrale. Le boitier en acier est toujours de 36mm. En terme de design, elle vient poser les bases qui vont faire sa renommée. Triangle à 12h, index des heures en chiffre arabe peint et ses aiguilles si singulières : une aiguille des minutes type crayon et une aiguille des heures rectangle.

 

Mark XII, XIV

Le remplacement de la Mark XI est arrivé en 1993, lorsque IWC introduit la Mark XII. Le diamètre ne change pas (36mm) ni le style général de la montre, si ce n'est un guichet date fait son apparition à 3h. Cette nouvelle fonction induit un nouveau calibre qui est, pour la première fois, un mouvement automatique. Fait intéressant, le calibre IWC 884/2 a été basé sur un calibre Jaeger LeCoultre 889/2. Ce mouvement réputé avait 36 rubis ainsi qu'une fréquence de 28'800 alternances par heure.

Pourquoi ne trouve-t-on pas d'information sur la Mark XIII et la Mark XIV ? Tout simplement parce qu'elles n'ont jamais existé pour des raisons commerciales et de superstition. Le 13 est considéré comme un chiffre qui porte malheur en occident idem pour le 14 en Asie.

Ainsi, La IWC Mark XV débarque en 1999 et évolue sur deux points. Le diamètre passe de 36mm à 38mm, et le calibre Jaeger-LeCoultre est remplacé par un calibre 37524 basé sur un mouvement ETA 2892-A2. Passer d'un calibre Jaeger-LeCoultre à un ETA ? Les raisons de ce changement devaient être économique, néanmoins, IWC n'a pas changé sont exigence et cet ETA 2892-A2 est entièrement retravaillé.Tous les composants critiques ont été remplacés. Le calibre est plaqué or et ajusté sur 5 positions et testé sur 2 températures. En terme d'aspect extérieur, la montre est très proche de la Mark XII.

 

Mark XVI, XVII, XVIII

 

En 2006, une nouvelle génération d'IWC Mark vient apporter une modification majeure en terme de design, le changement des aiguilles si spécifique aux Mark XI, XII, XV par des aiguilles "Flieger". Le diamètre de la Mark XVI augmente de 1mm pour arriver à 39mm. Les chiffres 6 et 9 disparaissent également.

Côté calibre, on reste sur une base ETA 2892-A2 avec le 30110.

En 2012, la Mark continue sa croissance pour atteindre 41mm et change son guichet date pour un guichet triple date effet altimètre pas très fonctionnel pour le coup. Une version "Le Petit Prince" limitée à 1000 exemplaires est éditée avec un cadran bleu soleillé et des index appliqués ainsi qu'une gravure sur le fond.

4 ans après pour le SIHH 2016, IWC corrige le tir en sortant la Mark XVIII dans un boitier de 40mm. Le guichet date retrouve sa simple fenêtre, les chiffres 6 et 9 sont a nouveau sur le cadran pour un aspect général de la montre bien proportionné. La Mark XVIII connaît 4 variantes, à fond noir, à fond blanc, à fond bleu soleillé édition "Le Petit Prince" et boitier céramique noir 41mm avec fond "Top Gun". Côté mouvement on reste sur le 30110.