Bob Maloubier, l'un des pères de la Blancpain Fifty Fathoms

Le capitaine Robert « Bob » Maloubier a eu une vie exceptionnelle, celle d'un agent secret français au service des Britanniques de Winston Churchill durant la Seconde Guerre mondiale. Héros de la résistance, saboteur prolifique.

Peu de temps après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il fonda avec le lieutenant Claude Riffaud, l’unité des Nageurs de combat de l’armée française. Fort de son expérience de terrain, il lança un appel aux horlogers pour créer une montre militaire de plongée digne de ce nom.

Ils entrèrent alors en contact avec M. Fiechter, CEO de Blancpain de 1950 à 1980, plongeur et passionné par le monde sous-marin. Convaincu par la nécessité de créer une montre répondant aux exigences des Français, il mit la manufacture Blancpain au service de ce challenge particulier pour produire des garde-temps destinés à l’École des Nageurs de combat. Le premier modèle vit le jour en 1953.

La première Blancpain Fifty Fathoms

Dans le numéro 3 des "Lettres du Brassus", magasine officiel de la marque, Jeffrey S. Kingston constate :

"L’ensemble des caractéristiques déterminées par Blancpain et la Marine française en 1953 ont défini dès lors toutes les montres de plongée modernes : une grande étanchéité, un système robuste de protection de la couronne, un remontage automatique, des cadrans noirs avec des indications luminescentes évidentes, des lunettes unidirectionnelles avec des repères horaires, une protection antimagnétique."

Bob Maloubier disait lui même : "Finalement, une petite entreprise horlogère, Blancpain, accepta de développer notre projet qui pré- voyait une montre avec un cadran noir, de grands chiffres et des indications claires sous la forme de triangles, cercles et carrés ainsi qu’une lunette extérieure pivotante qui reprenait les repères du cadran. Nous souhaitions au début d’une plongée être en mesure de positionner la lunette en regard de la grande aiguille des minutes afin d’indiquer le temps restant. Nous voulions enfin que chacun des repères soit aussi évident qu’une étoile pour un berger."

La Fifty Fathoms connut une histoire civile forte grâce à l'entremise de la maison Spirotechnique, basé à Paris et fournisseur à l'époque de tous les équipements de plongée de la Marine française. Blancpain dut passer par l'intermédiaire de cette maison pour des raisons commerciales et de secret défense. Il s'avère qu'un autre grand homme français était en relation avec la Spirotechnique : l'explorateur Jacques-Yves Cousteau. Il eut vent de cette nouvelle montre de plongée révolutionnaire qu'il choisit pour ses plongées historiques immortalisées par le film « Le monde du silence », qui remporta un Oscar et la Palme d’Or au Festival de Cannes en 1956.

Une révolution du monde de la plongée que l'on doit, entre autres, à Bob Maloubier. Chapeau.